Rentrée 2018 : lutter et résister !

Les déclarations du gouvernement de ces derniers mois annoncent une guerre
sans merci contre les plus modestes, les familles, les retraités, les
fonctionnaires, les étudiants, contre l’ensemble du monde du travail. Cette
politique vise à la destruction de notre modèle social. Elle favorise l’explosion des
inégalités en même temps que la casse de nos droits et garanties collectives.

2018-09-19_CgtFercSup_Rentree2018lutteretresister

Résultat Provisoire

Conseil Administration Collègue Biatss :

Agir ensemble = 114 voix

Horizon 2024 Snasub-fsu = 189 /Liste d’union = 169 /  Sgen = 132  / Sntpes = 123

Merci a Tous ceux qui ont voté pour nous, les scores sont serrés mais nous n’avons pas de siège .

Message a l’intention des BIATSS.

Le 28 juin 2018 vous allez élire vos représentants dans les conseils centraux.
Pour défendre les intérêts des personnels BIATSS, pour faire entendre votre voix dans les conseils et notamment au CA qui est décisionnel, choisissez les listes présentées par la CGT-UPEC.

Temps de travail, congés, indemnités, le tract_Biatss en pièce jointe reprend nos principales revendications, merci de le lire.

Laurent Alibert, tête de liste d’agir ensemble, pour une université Ouverte, Humaniste et Démocratique.

Un candidat s’exprime….

Chères toutes et tous,

Puisque chacun y va de sa campagne, et que je ne vois rien sur les sites de l’UPEC, je signale que je suis candidat sur les listes CGT (ce qui ne surprendra personne).

Mes collègues et moi n’espérons pas être élus président et n’ambitionnons as un poste de vice-président à quoi que ce soit d’aussi vague que rémunérateur, mais nous voulons faire entendre la voix des personnels. Au-delà de projets plus ou moins intéressants et de personnes que je peux respecter dans leur travail, les projets de fusion, de développement, de regroupements, de coopération, exigent des moyens qu’on ne nous donne pas, un respect du personnel (et pas seulement enseignant, mais aussi administratif), l’arrêt de l’embauche de contractuels à tire-larigot et la titularisation de tous les collègues qui travaillent avec nous depuis des années. Ne croyons pas que cela ne touche que les personnels administratifs, grâce auxquel(le)s le travail est fait et que certains collègues ne voient pas toujours. La CGT s’est battue pour que des collègues qui travaillaient chez nous depuis des années, sur lesquels on s’appuyait, des piliers de notre établissement, aient un statut permanent leur garantissant une certaine sécurité de l’emploi et de leur rémunération. Les beaux (et moins beaux) projets ne pourront faire l’impasse sur les questions de financement, de statut, de respect des personnels et c’est ce que la CGT rappellera partout où elle aura des élus.

A l’UPEC tout particulièrement, nos syndicats traditionnels se sont fourvoyés dans des alliances contre-nature, des cartels de « Non » sans définir de lignes rouges ni partager de projet précis. Certains continuent, libre à eux, mais il est temps de rappeler que rien ne peut se faire sans les étudiants (j’ai eu l’occasion de rappeler que Parcoursup ne réglait pas le problème de ceux qui étaient laissés de côté), sans les personnels administratifs et les techniciens (pas de fusion ni de mutation contre leur gré, pas de baisse de leurs conditions de travail ou de rémunération) et sans les enseignants (recruter suffisamment de titulaires pour encadrer correctement nos jeunes et assurer le dévelopement de nos cours et de la recherche).

Pour ma part, candidat sur les listes CGT, je vous invite à voter pour celles-ci, là où vous en aurez l’occasion.

Michel Stambouli

Co-Responsable L1 FSEG-UPEC